Sélection d’octobre 2016

Déjà présentés plus tôt pour le mois d’octobre, il y avait :
Chim↑Pom et son squat d’un immeuble de Kabukicho ;
Des portraits de Halloween à Shibuya.

Deux événements marquants pour ce mois d’octobre 2016 : les fils rouges de Chiharu Shiota et l’exposition Marie-Antoinette à Roppongi hills.


Les installations névrotiques de Chiharu Shiota qui me font d’ailleurs penser à un réseau neuronal ont quelque chose d’angoissant et de fascinant. On se promène à l’intérieur des méandres de son âme en se demandant comment elle peut bien arriver à un tel résultat et comment elle s’y prend pour tirer des milliers de kilomètres de pelote de laine ainsi. Cela doit être grandiose de la voir travailler. The locked room était imposant par sa taille et ses portes qu’on pouvait franchir pour pénétrer dans ses salles imaginaires. J’ai adoré !


L’exposition Marie-Antoinette ne m’a pas déçu. J’y ai trouvé tout ce à quoi je m’attendais : les œuvres, le kitsch, le culte voué à cette reine et bien évidemment le public agglutiné pour le vernissage comme à l’image de cette femme assise, vêtue de rose, des pieds aux épaules… dommage pour le chapeau ! ha ha
J’ai tout de même rencontré l’attachée de presse du château de Versailles qui m’a livré quelques secrets de fabrication de l’exposition comme le nombre de caisses (104) pour tout transporter dont certaines qui pesaient plus de 400 kg… le tout dans deux avions et un cargo… le délire !

Il y avait aussi Roppongi art night et Tokyo suki fes dans le cadre du mois du design au Japon comme chaque année. Curtain wall theater de Rhizomatiks pour le premier et Memorial rebirth pour le second valaient vraiment le coup. Une vidéo est d’ailleurs disponible pour le second après les photographies.

Sinon, la première photographie est en fait un panorama de l’immeuble Okuno que j’ai enfin découvert et qui se trouve à Ginza. Ce vieux bâtiment de 1932 a été conservé tel quel et de petites galeries ou magasins s’y sont installés. La pierre du sol est usé jusqu’à la corde, l’ascenseur est entièrement manuel et le plus important, le room 306 project a conservé un ancien salon de coiffure sans son matériel et le laisse en l’état. La très lente dégradation des murs fait partie intégrante de l’œuvre que représente cette galerie. J’adore ! Et surtout, enfin un immeuble à Tokyo qui est conservé et non détruit. Que ça fait du bien !

vidéo de l’installation de Shinji Ohmaki :

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *