Chim-Pom – So see you again tomorrow, too?

L’excellent collectif provocateur Chim↑Pom a organisé un événement comme j’aime : So see you again tomorrow, too? (Le titre vient d’une phrase d’un présentateur de télévision qui a dit cela au moment de la toute dernière émission après 32 ans de diffusion)

Dans la lignée de #Bction qui avait sévi à Jimbocho, Chim↑Pom (chaîne Youtube) a investi un bâtiment voué à la destruction mais dans un tout autre quartier, un quartier qui leur correspond parfaitement : Kabukicho. Comme beaucoup d’endroits dans la capitale japonaise, il subit une rénovation destructrice et standardisatrice. Certes, l’imposant bâtiment Toho propose un complexe de cinéma bien équipé avec un Godzilla grandeur nature sur une de ses terrasses mais il inaugure une réforme dramatique du quartier où les petits clubs et les boui-bouis seront passés au Kärcher et aseptisés.
Pour en revenir à Chim↑Pom donc, quand on s’appelle Eri, qu’on est la seule femme du groupe et qu’on épouse le host le plus populaire de Shinjuku, forcément il faut organiser un happening dans ce quartier. Du 15 au 31 octobre, ce petit immeuble à l’ombre de l’immense tour Toho a été découpé, saccagé, tailladé, bricolé, peint et j’en passe par le collectif et c’était fun !

Ce bâtiment avait bien sûr une histoire : il fut notamment un poste de police ou encore – à la fin – on y trouvait un restaurant indien donnant sur la rue.

Avant d’entrer, on signe une décharge sur les accidents et les chutes que l’on peut comprendre une fois qu’on se trouve au 4e étage par où commence la visite. Recouvert d’une peinture bleue, la pièce vide possède un énorme trou qui va jusqu’au rez-de-chaussée. Quelques traces de l’histoire de l’édifice ont été maintenues et recouvertes de cette couleur qui sert à dessiner les plans d’un bâtiment.

Le 3e étage regroupe plusieurs travaux comme une vidéo sur le thème de Black of death qui consiste à attirer les corbeaux qui pullulent (pullulaient ?) dans Tokyo depuis un véhicule. Assez drôle. Il y avait aussi cette maquette de Kabukicho avec des rats empaillés et aux couleurs de Pikachu, comme des Godzillas qui cherchent leur place au milieu de la folie architecturale. J’ai adoré ! Il y avait aussi cette machine à produire de l’électricité grâce à l’énergie des appels sur un iPhone. Le plus drôle est que le numéro pour l’appeler a été publié dans les petites annonces des journaux dans la rubrique érotique (euphémisme) comme on pouvait le voir sur les coupures qui jonchaient le sol devant la machine.

Au 2e étage, des robots ménagers étaient transformés en peintres ! On remarque facilement des motifs liés à la programmation en usine et c’est vraiment amusant (et très graphique !)

Pour terminer, au rez-de-chaussée (et oui, pas de RdC au Japon mais bien un 1er étage) un amoncellement des objets tombés/jetés depuis l’énorme cavité qui traverse la construction. En bas de l’escalier, se trouvait aussi la maquette du bâtiment qui succèdera et des plans (en bleu et d’époque !) du bâtiment de 1964.

Un dernier mot pour dire que tout reste en état à l’heure actuelle, qu’on ne peut plus y entrer mais que les œuvres ont été laissées en l’état et seront écrabouillées avec l’immeuble dans un futur proche.

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

2 comments

  1. Pingback: Sélection de photographies au mois d'octobre 2016 | Color Lounge

  2. Pingback: Sélection de photographies d'août | Color Lounge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *