Taïwan – Jiufen – Jour 3

27 décembre 2010
Petite excursion à Jiufen aujourd’hui.
Comme nous avons prévu de prendre un train vers 13h aujourd’hui pour partir à une petite trentaine de kilomètres à l’est de l’île, nous prenons notre temps.
Pas de petit déjeuner à l’hôtel, même s’il est compris – il n’est pas bon – mais plutôt un « brunch » dans une cantine connue Fuhandojian (阜杭豆漿). À l’intérieur d’un marché couvert. L’endroit est typique et populaire. Une soupe avec du tofu, des beignets des petites crevettes plus un pain fourré et une fine omelette à côté. Nous nous régalons au milieu des locaux. Cette cantine ferme à 12h et nous sommes ravis de l’avoir découverte.
Nous ne sommes pas loin du mémorial de Chang Kai Shek au sud du marché à un kilomètre. La rue qui nous permet d’y accéder – c’est tout droit ! – me rappelle la Chine ou même Ho Chi Minh.
Nous passons par la porte nord. La porte principale est à l’ouest. Principale parce que plus grande et officielle. Le vénéré leader taïwanais est ici représenté tout au long de sa vie : des photos partout bien sûr mais aussi ses voitures, une statue de cire dans une reconstitution de son bureau officiel et une immense de bronze au 4e étage, là où la garde officielle fait sa relève, un spectacle que les chinois ne manquent pas. Du 4e, on descend l’escalier officiel avec l’immense esplanade jusqu’à la porte principale. C’est à voir mais ni Noriko ni moi sommes passionnés par la chose. Une meilleure connaissance de l’île permettrait sans doute d’apprécier d’avantage.
Mémorial Chang Kai Sheck
À deux stations, se trouve la gare principale d’où nous partons pour la destination du jour : Jiufen. Au comptoir, il n’y a pas de place dans l’express aussi prenons nous le train local qui met 50 minutes. La différence est finalement peu importante. À 13h25, le train part vers la campagne. Je pensais la gare principale de Taipei bien plus intéressante. C’est un haut bâtiment à l’architecture bien lourde, tout à fait moche. Les quais eux-mêmes n’évoquent aucune nostalgie des départs. Audrey Hepburn ne serait jamais venu ici pour tourner Guerre et Paix… Dans le train, au fur et à mesure qu’on s’éloigne, le paysage change. Déjà la veille, pendant le trajet pour le musée national du palais, la différence m’avait frappé rien qu’en prenant le métro. Tout de suite on est au milieu de petites montagnes couvertes d’arbres. La verdure est ici très présente et il suffit de faire 3 ou 5 kilomètres pour se retrouver en pleine nature. Le contraste avec Tokyo est violent. Aujourd’hui, c’est encore plus vrai puisque nous allons beaucoup plus loin. En banlieue de Taipei, les bâtiments changent aussi et on trouve de hautes tours HLM qui se ressemblent. Les passagers sont aussi des locaux même si beaucoup de gens descendent à la même station que nous. Noriko m’avait prévenu mais en le constatant, cela est criant : c’est un endroit très très touristique. Le déplacement n’est pas terminé car il faut encore prendre un bus ou un taxi. Nous choisissons le taxi pour aller plus vite et parce que le prix est fixé. 10 minutes plus tard, il nous laisse au pied de l’escalier qui grimpe abruptement dans la montagne. Ce n’est pas l’endroit officiel où les taxis s’arrêtent mais c’est ici que nous voulons commencer la balade.
Il s’agit d’une ancienne mine d’or. Au départ, on comprend quand on voit les deux caractères chinois du nom (九份), qu’il y avait seulement neuf familles qui vivaient à cet endroit devenu une ville. À la fin du XIXe siècle, une mine d’or fut découverte et la ruée commença. De neuf familles, on est passé à 40.000 habitants ! Par la suite, on l’a transformé en ville touristique pour la préserver (sic). Elle est aussi très connue des Japonais car Hayao Miyazaki s’en est beaucoup inspiré pour les décors du Voyage de Chihiro. Lorsque l’on voit certains bâtiments et les toits avec leur cheminée, toutes les personnes qui ont vu le film se disent qu’effectivement la ressemblance est importante. À plusieurs reprise, je me faufile dans des rues perpendiculaires minuscules pour fuir les hordes de touristes. Il n’y a personnes sauf des chiens et des chats qui semblent être très nombreux. On arrive par hasard sur des terrasses qui donne un panorama sur une baie en contrebas (on monte finalement beaucoup) devant un temple rutilant, on passe par des escaliers très raides qui déboulent dans les rues touristiques par de toutes petites ouvertures qu’on ne remarquerait pas si on n’en sortait pas. La balade est très sympa à faire bien que le sentiment d’être au Mont Saint Michel soit forte. (Je parle ici des touristes et des boutiques collées les unes au autres dans les rues.) De plus, le temps est magnifique. Un grand soleil qui se baigne dans un ciel d’azur et une température bien plus clémente que la veille. À Taipei, au moment de prendre le train à 13h30, il faisait 22°C.
Vue depuis Jioufen
Au hasard des petites rues, nous tombons sur une équipe photo et j’aperçois les deux mannequins : un homme et une femme, assez beau l’un comme l’autre et habillés rétro. Je fonce sur eux pour les prendre en photo ce qu’ils acceptent avec le sourire.
Dans le guide de Noriko est mentionné une maison de thé ancienne dont les photos me font envie. Rien qu’en passant devant, on a envie d’entrer. La Jiufen teahouse est vieille de 100 ans et le propriétaire originaire était artiste peintre. La maison, sur deux étages et avec une grande terrasse est décorée avec goût. Le personnel, adorable, nous emmène à une table. Une « nacelle privée » juste derrière nous me fait baver et je la regarde avec mes grands yeux d’enfants. Le couple de chinois (des touristes ?) me regarde et l’homme me fait signe, appelle la serveuse et lui annonce qu’ils partent pour nous laisser la place. Je les remercie chaudement. Sur chaque table, il y a un foyer avec de l’eau qui boue gentiment dans une bouilloire en terre. Tout est vieux et bien conservé. Nous avons le droit à une cérémonie du thé avec ce que nous avons commandé : un thé chinois rare et servi uniquement à Taïwan, des prunes salées et parfumées au thé, des crêpes dentelles au thé vert. La jeune femme souriante avec laquelle nous sympathisons nous montre chaque geste et nous explique la fonction de chaque ustensile pour bien préparer le thé. Un régal ! Moi qui ne suis pas un grand fan de thé chinois, je dois dire que celui-ci est exceptionnel, tout comme le lieu. Comme nous achetons un sachet, le thé qui reste est aussi acheté et nous pouvons l’emporter. On pourra continuer à en boire un peu partout. Ce salon de thé se visite aussi. En plus des salles pour boire qui sont très jolies, la partie magasin est fascinante. En-dessous, en contiguë d’une autre salle pour les clients, se trouve une galerie d’art qui expose des toiles du propriétaire mais aussi d’autres choses comme de la vaisselle pour le thé ou quelques meubles. On se réchauffe et on se détend complètement dans ce petit paradis du thé où nous restons presque 1h30… pourquoi bouger quand on est bien ?

Noriko veut aussi voir l’entrée du tunnel des miniers. Nous faisons aussi une balade au moment du coucher du soleil. Les lumières en contrebas s’allument les unes après les autres. Jiufen prend aussi une dimension plus mystérieuse avec les fenêtres et les lampions qui s’éclairent. Le soir aussi, on retrouve l’ambiance du film de Miyazaki. Un libraire nous indique l’entrée du tunnel. La hauteur est impressionnante. Les miniers devaient avancer le dos courbé, plié en deux jusqu’à je ne sais où pour creuser la montagne.
Rue commerçante de Jioufen
Pour redescendre, nous passons cette fois-ci par la rue commerçante. Après le coucher du soleil, les rues se désertent et c’est tant mieux car je n’aurais pas tenu longtemps dans cette voie touristique à faire des petits pas pour essayer de ne pas cogner mon voisin de devant. En arrivant sur la route, nous réalisons que le train suivant est une heure plus tard… À flâner, nous n’avons pas regarder les horaires et nous venons de rater celui de 18h30. Nous nous disons que nous avons le temps de prendre le bus, pas besoin de se presser avec le taxi, c’est trop tard. Si on trouve l’arrêt avec un peu de mal, le bus qui arrive affiche « Taipei » comme direction. Discussion laborieuse avec le chauffeur – pendant que 10 passagers derrière attendent… – pour savoir combien de temps il met pour rentrer à la capitale. On finit par comprendre 70 minutes qu’il écrit en chinois sur sa main. On arrivera donc avant le train qui met presque une heure. On embarque. Un couple de Singapouriens s’inquiètent gentiment que nous ne descendions pas à la station de train où nous voulions nous arrêter pour rentrer. On discute un peu malgré le bruit et le cahot. Le chauffeur se déchaine sur la route. Avec un bus classique – un bus qu’on trouve dans toutes les villes du monde – il file sur la route et double tout ce qui roule : voiture, taxi, car, deux roues… même sur la route de montagne… il faut parfois s’accrocher au dossier du siège de devant et retenir son dos contre son propre dossier tellement la conduite est violente. Je retrouve la Chine ! Nous arrivons effectivement 70 minutes plus tard alors qu’il s’est arrêté un peu partout pour déposer des passagers. Des passagers qui se préparent bien avant, progressent vers l’avant pour sortir comme s’ils faisaient de l’escalade et sont débarqués sans que le bus s’arrête vraiment complètement et tranquillement. Allez ouste ! On s’en amuse.
Nous arrivons à la gare de Zhongziao-Fusing, pas tellement loin de la gare centrale de ce midi. Cela nous convient très bien car de là, nous pouvons passer à une boutique de « karasumi » ainsi qu’un restaurant rétro assez connu : Haw Ji. L’ambiance est très sympa et les clients sont des locaux pure souche. Populaire et familial, l’endroit est principalement orné de grande table avec un plateau tournant, comme on le voit dans tous les films. La carte est très complète et des menus à prix fixes proposent un certain nombre de plats déterminés pour un nombre de clients pas forcément limités. On choisit selon l’appétit des amis et de leur nombre. L’institution est tout de même étalé dans trois bâtiments. Celui du milieu, l’original à ce qu’il me semble, a une salle joliment décorée avec de vieilles affiches et des paravents en bois sculpté. L’ambiance est excellente mais la salle est pleine. Il faut dire qu’il n’y a pas de table pour deux. Ça commence à quatre personnes et ces tables sont peu nombreuses. Très familial ! Nous goûtons plusieurs plats dont une soupe de nouilles (spécialité de la maison), du riz à la viande, des légumes sautés et du tofu. Typiquement taïwanais, c’est plutôt bon.
Nous finissons la balade du jour en rentrant à pied et en passant par un marché de nuit de Shuang Cheng, juste derrière l’hôtel. Nous restons juste le temps de faire quelque photos. Encore une journée bien remplie.

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

7 comments

  1. Pingback: Tweets that mention Voyage à Taïwan, Taipei, Jour 2 | Color Lounge -- Topsy.com

  2. Oui, oui, on retrouve tout à fait l’ambiance du film de Miyazaki dans les ruelles et les escaliers…un peu plus vivantes néanmoins…heureusement que vous n’avez pas subi le même sort que les parents de Chihiro en allant déguster les spécialités!!!
    Le « fameux bâtiment » ainsi que les ruelles, terrasses et autres escaliers ressemblent presque à un décor de film aussi!

  3. Le bâtiment de nuit est impressionnant, on dirait que l’ensemble sort d’un manga, on cherche les chemins pour les piétons, excellent.

  4. Hé hé, tu sais que tu as eu une chance énorme ? Le coin est réputé pour être sous la pluie les trois quarts de l’année. 😉 Ça n’a d’ailleurs pas manqué pour nous mais je n’en ai aucun regret : depuis les hauteurs de Jiufen, la baie embrumée est absolument magique. Merci de me l’avoir montrée sous un autre jour. o(^-^)o

  5. Marchi tout le monde ! 🙂

    Et bien non, je ne savais pas du tout Fred. Ravi de t’avoir procuré ça.
    Finalement, à part le premier soir à notre arrivée, on a eu un temps vraiment canon tout le temps ! ha ha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.