Souvenirs d’Egypte 11/13

Jour 12 – le 3 janvier 2014

Balades dans les rues d’Assouan, visite du musée de la Nubie et croisière en felouque sur le Nil

J’ai décidé de rester un peu tranquille ce jour. Fini les courses à droite à gauche avec un emploi du temps de chef d’état. Je me pose. En plus, je suis assez fatigué.
Je me lève à 8h30 et prévois deux choses : le musée de la Nubie et une croisière en felouque, Assouan étant réputé pour cela.

Le musée est à 5 minutes du Old Cataract. En sortant, je vois cet immense vaisseau blanc avec ses deux tours, juste en face, édifice qui n’est autre que la cathédrale copte de la ville. Je décide d’aller la voir. La sécurité est impressionnante. Comme devant l’immeuble des forces de l’ordre en centre ville, il y a notamment un blindé, des hommes dessus, leur arme sur le torse, comme j’en ai déjà beaucoup vu, notamment sur la place Tahrir. Le lieu de culte est bien trop moderne pour moi et n’a aucun intérêt si ce n’est ses fidèles, de nombreux enfants ou jeunes qui la rendent très active. Tout le monde me sourit et les religieux coptes sont toujours aussi imposants. J’achète même une viennoiserie (sic) dans le petit magasin en-dessous, sans aucun intérêt elle aussi.

Cédric Riveau

Une des tours de la cathédrale copte


Le musée de la Nubie n’étant pas si loin, je décide de m’y rendre à pied. Nous sommes dans un quartier relativement récent et en construction, du coup, rien ne me retient en chemin et j’arrive rapidement. Dans le musée, je découvre une magnifique collection qui couvre toute la période de cette région. Région dont j’ignore absolument tout et qui a l’air très intéressante : la Nubie. Il y a des pièces sublimes comme les sarcophages dont celui du bélier ou encore des sculptures en bronze ou en granit. Des scènes de reconstitution de villages nubiens sont aussi intéressantes et réalistes. La muséographie me tape aussi dans l’œil. Relativement moderne, il a été bien pensé architecturalement ainsi qu’au niveau de l’organisation de la collection. Le bâtiment aussi est relativement bien pensé ainsi que son jardin extérieur, en légère hauteur qui permet une petite promenade agréable où on peut croiser de jeunes égyptiens venus en touristes ou avec leur classe pour visiter le musée.
De l’autre côté de l’entrée, toujours dans le jardin, on peut découvrir une maison entièrement reconstituée, une grotte comme les Nubiens en utilisaient. Je me dis que le musée du Caire devrait largement s’inspirer de tout cela.
Reconstitution d'une maison nubienne typique

Reconstitution d’une maison nubienne typique


Je sors pour partir à la recherche du restaurant panorama sur la corniche, au bord du Nil mais il est malheureusement fermé pour travaux jusqu’au 31 janvier. Je passe dans l’antre qu’est le Hanafi bazaar, dans le style des grottes nubiennes, pour y acheter des souvenirs. Le propriétaire est assez sympa et me donne une amulette en cadeau pour me remercier d’être passé. Sur les quais du Nil, le long de l’avenue qui les borde et qui nous amène vers le centre ville, je tombe sur un papy qui me propose une croisière en felouque pour un tarif qui me donne une idée de ce qui est demandé de prime abord et qui me permettra de négocier par la suite si je ne la fais pas avec lui.
Je pars à la recherche d’autres magasins de souvenirs et d’un restaurant recommandés par le Routard. Les deux magasins sont fermés… cela ressemble beaucoup à une faillite ou une simple fermeture parce qu’il n’y a pas de touristes… Les vendeurs du souk me saoulent, toujours à essayer de vendre quand on ne veut pas acheter, poser de fausses questions pour vous retenir et vous faire entrer dans le magasin où il sera impossible de ressortir sans quelque chose. S’ils font leur « boulot » et essaient de survivre, j’adopte l’unique technique qui s’impose : tracer en ignorant les interpellations. On en finit par être désagréable soi-même à force d’être sollicité sans arrêt.
Je me balade dans les rues un peu à l’écart et les façades, les maisons ou les magasins sont typiques. J’adore !
Le restaurant est très très local. Je suis au milieu des Assouanais. Je commande un thé, une salade avec du riz et un potage de légumes entiers plus un dessert. Comme de coutume, du tahina est servi mais de qualité très moyenne. J’emporte le dessert avec moi car j’ai déjà trop mangé. L’addition n’est pas bonne et je dois demander le menu pour la faire corriger… La routine…
Cédric Riveau

Le restaurant de mon déjeuner


Histoire de continuer à me poser et prendre mon temps, je repère un bar au bord du Nil : Salah el-Din. Je suis absolument seul. Pas un client et je peux m’assoir où bon me semble. Je descends sur la terrasse sous le regard amusé du serveur. Je commande un jus de fraises fraîches. J’en profite pour lui demander s’il connaît un moyen pour faire de la felouque. Il appelle le capitaine de l’embarcadère juste à côté et qui me propose un tarif horaire que je fais baisser.
Je fais donc un tour de 2h30 vraiment très agréable, au fil de l’eau. J’ai le bateau pour moi tout seul avec les deux marins aux manœuvres. Nous tirons des bords pour monter au nord puis profitons d’un vent arrière pour descendre au sud. Nous faisons le tour de l’île Éléphantine. Nous apercevons plusieurs tombeaux ou temples comme l’Aga Khan. Ils me déposent sur l’île aux fleurs pour le jardin botanique. Je me rends compte que c’est un arrêt inutile après l’avoir visité. La lumière de fin de journée est parfaite, exactement comme je la voulais. Nous avons même droit à un coucher de soleil grandiose avec des nuages, les seuls de mon séjour à Assouan, qui rosissent au fur et à mesure des minutes. Je retrouve mes réflexes de marin et suis ravi d’être sur l’eau. Cela dure 2h30 car le vent est très faible, surtout en fin de journée.
Je passe dans une épicerie du souk repérée lors de mon premier passage pour acheter des chips et des jus de fruits typiques comme le goût olive ou la mangue et le guava avant de rentrer à l’hôtel pour en profiter une dernière fois. Une larme à l’œil pour mon palace que je laisserai bientôt.

Bonnes adresses :
Le musée de la Nubie
Hanafi bazaar – Corniche An-Nil
L’île éléphantine

Galerie
Après avoir cliqué sur la première photographie, naviguez avec les flèches droite et gauche de votre clavier. Les fichiers peuvent mettre du temps à s’afficher, notamment la première qui est un panorama. Soyez patient.

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.