Jour 3 – 25 XII 2007 – Au sud de Phnom Penh

<< Journée précédente

Motorbike in Cambodia

Joyeux Noël!

Bon, il y a bien quelques guirlandes électriques deci-delà et quelques sapins mais l’ambiance n’y est pas et je m’en fous! :mrgreen: En fait, je n’ai pas du tout l’impression d’être le 25 décembre en raison de la chaleur et de l’endroit.

Enfin, j’ai bien dormi! Dix heures d’affilé pour me reposer. Pour faire de la moto, c’est bien mieux pour être attentif à la traversée des champs d’astéroïdes (voir Ho-Chi-Minh ici) et encore mieux pour visiter. Petit déjeuner, douche et je suis à la boutique de location un peu avant neuf heures. Je récupère mon engin et il me faut un peu de temps pour me réhabituer à une moto. Ce n’est pas une 100cc mais bien une 250, taillée pour rouler et filer sur les routes.

On the road, south of Phnom Penh, Cambodia - Sur la route, au sud de Phnom Penh, Cambodge

Je confirme que l’anarchie routière vietnamienne est bien plus dangereuse qu’ici. Il faut être très attentif mais cela est gérable à condition d’être un conducteur rodé et ne pas se précipiter ou rouler trop vite. Je prends aussitôt la nationale pour partir en direction du sud, à environ 60 kilomètres pour visiter d’abord Phnom Chisor puis Tonle bati et Ta Phrom. En chemin, je me rends compte très vite qu’il n’y a absolument aucune indication. Je devine au bout d’un moment que les panneaux écrits Cambodian people party indique en fait le nom des villes en cambodgien. Il n’y a rien d’autre… Pas de direction, de numéro de route… je dois m’arrêter plusieurs fois – à de grands carrefours – pour demander mon chemin. Mais au final, je ne me perds pas. La route est absolument fascinante. Dès que je sors de l’agglomération, le pays se ruralise. S’arrêter quand on veut est en fait plus simple en vélo. En moto, je ne peux prendre en photo tout ce qui m’entoure tellement il y a de choses… les rizières, les temples, les maisons, les vélomoteurs avec cinq passagers, les camions chargés de sacs avec des hommes dessus, les charrettes tirées par des vaches… c’est énorme! Je peux cependant en profiter beaucoup plus qu’en camion ou en voiture. Je vois tout. J’ai oublié mon casque en partant de la boutique et me prends donc une quantité phénoménale de poussière ou de sable sur moi. Je ne peux parfois même plus respirer. Je me sens très sale. Le pire sont les camions qui soulèvent des nuages de poussière et parfois d’eau! Mais se déplacer ainsi est fabuleux!

On the road, south of Phnom Penh, Cambodia - Sur la route, au sud de Phnom Penh, Cambodge

Je finis par trouver l’entrée de Phnom Chisor remarquable par une porte typique. Suis un chemin de terre de quatre kilomètres. J’ai l’impression de faire Paris-Dakar. Il y a des cratères pas possibles tout du long et je suis parfois obligé de me mettre en danseuse pour les passer tellement la moto bondit ou s’enfonce. Je me demande comment les voitures progressent. Les quatre derniers kilomètres sont donc les plus longs. Là aussi, le paysage est fantastique et je traverse des villages très pauvres. Beaucoup d’enfants qui sortent de l’école me saluent d’un « hello! » auquel je peux difficilement répondre ou leur faire un signe de la main en retour tellement je dois me concentrer sur la route, la moindre inattention entraînerait ma chute…

Road to Phnom Chisor, la route de Phnom Chisor

Road to Phnom Chisor, la route de Phnom Chisor

Road to Phnom Chisor, la route de Phnom Chisor

J’arrive et me gare juste au pied des marches. Il est 11h30, le moment où il commence à faire le plus chaud alors que je dois me taper 412 marches (je crois) jusqu’en haut… Ca c’est de l’organisation! :mrgreen: Je dois me reposer à deux reprises pour reprendre mon souffle et me ventiler. Je dégouline de sueur. La montée est dure. Je découvre des petits temples repeints et un panorama étonnant. L’endroit est sympa mais sans plus.

Phnom Chisor

Phnom Chisor

Phnom Chisor

Phnom Chisor - Panorama

Phnom Chisor

Phnom Chisor

Phnom Chisor - Panorama

Phnom Chisor, Cambodia - Cambodge

Phnmo Chisor, Cambodia, Cambodge

J’entends des scripts chantés au loin par des enfants. En continuant sur le chemin, j’aperçois entre des arbres LE temple!

Phnmo Chisor, Cambodia, Cambodge

Préfiguration de ce qui m’attend dans le nord du pays, j’ai le souffle coupé par un très vieux sanctuaire (XIe siècle) aux pierres rouges typiques et à la végétation abondante. L’endroit est magique! Les portes qui se succèdent, les bas-reliefs… sublime! Je me recueille et le parcours de long en large. Je suis très satisfait d’être venu jusqu’ici et d’avoir grimpé toutes ces marches. L’endroit est actif et vivant puisqu’habité par une communauté.

Phnmo Chisor, Cambodia, Cambodge

Phnmo Chisor, Cambodia, Cambodge

Phnom Chisor - Panorama

Phnmo Chisor, Cambodia, Cambodge

Phnmo Chisor, Cambodia, Cambodge

Phnmo Chisor, Cambodia, Cambodge

La descente est plus facile et plus rapide. Je reprends mon rallye et la route pour repartir vers Tonle bati (le lac bati) avec son temple: Ta Phrom. Là aussi, un chemin de terre… mais bien plus plat!

On the road to Ta Phrom, Sur la route de Ta Phrom

Une fois entré, je tombe rapidement sur Ta Phrom et suis saisi! L’endroit est encore plus beau. Je suis aussi saisi par une nuée d’enfants qui réclament de l’argent pour garder ma moto. Je pénètre dans l’enceinte trop accompagné car aux enfants s’ajoutent de vieilles femmes qui m’invitent à prier Buddha et à leur donner de l’argent. Cela gâche ma visite. Dans ces deux temples, il y a très très peu de touristes et cela est particulièrement appréciable. L’endroit est lui aussi magique. Ici, les bas-reliefs sont encore mieux conservé et c’est superbe!

Ta Phrom, Cambodia, Cambodge

Ta Phrom, Cambodia, Cambodge

Ta Phrom - Panorama

Ta Phrom, Cambodia, Cambodge

Ta Phrom, Cambodia, Cambodge

Je vais un peu plus loin dans le complexe pour aller au restaurant où m’attend une boisson incluse avec l’entrée du parc. Je suis sur les bords du lac – plutôt grand – où se trouve une enfilade de gargotes où on peut grignoter et se baigner si on est téméraire (fou?) Détente.

Ta Phrom, Cambodia, Cambodge

De retour à Phnom Penh en milieu d’après-midi, je file récupérer un casque avant de me précipiter sous la douche pour me laver de toute cette poussière. Je tombe sur un Phnom Penh à la circulation bien plus dense ce qui n’est pas pour me déplaire. J’apprends à me faufiler, prendre des sens interdit comme tout le monde. Il n’y a aucune règle.

Je repars vers le marché russe – ainsi nommé en raison du grand nombre de russes qui le fréquentait pendant la période vietnamienne. Il est malheureusement trop tard. Les magasins à l’intérieur sont déjà fermées. Cependant, c’est l’heure où la vie autour du bâtiment commence. La nuit tombe rapidement mais je fais le tour pour découvrir la partie des cantines et le marché. L’ambiance est incroyable! Je suis plongé au coeur de la vie phnompenhoise. Exactement ce que j’adore. Je traîne un bon moment.

Autour du marché russe, Phnom Penh - Around the Russian market, Phnom Penh

Autour du marché russe, Phnom Penh - Around the Russian market, Phnom Penh

Autour du marché russe, Phnom Penh - Around the Russian market, Phnom Penh

Autour du marché russe, Phnom Penh - Around the Russian market, Phnom Penh

Autour du marché russe, Phnom Penh - Around the Russian market, Phnom Penh

Get the Flash Player to see this content.

Autour du marché russe, Phnom Penh - Around the Russian market, Phnom Penh

Autour du marché russe, Phnom Penh - Around the Russian market, Phnom Penh

Get the Flash Player to see this content.

J’ai aussi envie de retourner au grand magasin Sorya pour visiter le supermarché. Aux alentours, la circulation redouble. C’est incroyable! Parfois, nous sommes bloqués et devons attendre. Les parkings ont une file d’attente.

Get the Flash Player to see this content.

L’atmosphère du centre commercial n’a rien à voir avec la veille quand je suis venu. C’est beaucoup plus animé et blindé. Nouvelle immersion avec une population très différente. Sympa.

Des lézards traînent absolument partout sur les enseignes

Comme je ne suis pas très loin des quais, je tente de trouver un bar tendance. Je découvre le Lounge (ha, ha! :mrgreen: ) à la jeunesse phnompenhoise dorée. Les serveuses vêtues d’un habit de mère Noël sexy sont souriantes. Le balcon où je déguste mon winter snow – le cocktail spécial Noël – est bien agréable pour profiter des clients et de la rue.

distance parcourue: 120 kilomètres

Cafe Le Lounge, Phnom Penh

Cafe Le Lounge, Phnom Penh

Journée suivante >>

Newsletter:

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

12 comments

  1. Même si ce n’est pas le VN, de gros souvenirs de soirées me reviennent avec tes videos et photos, notamment pour aller chercher le quotidien sandwich aux crudités bien rafraà®chissant, au coeur de l’ambiance. J’aime bien les photos 53 avec les saris oranges qui sèchent et la partie gauche de la 63 pour ses plans entassés les uns sur les autres. Nice post !

  2. Super balade, j’aurais aimé te suivre avec ma transalp! Très colorès et instructif merci

  3. Non mais là  ça va pas du tout Patron…!!!…

    Moi j’essaie de retarder l’achat de ma moto et lui le sadique il me ponds un reportage à  moto :p

    Que dire… C’est simple, à  la lecture du reportage, le vent du temple souffle dans la maison, les parfums du marché embaument le salon, et j’entends l’ambiance des rues le soir 😀

  4. Bien sympathique balade et bien heureux que tu es découvert les joies (mais la dangerosité également) de la moto.
    Je vais me racheter un 600 XT et j’arrive… 🙂 !
    Hey, je rêve ou dans une des vidéos un quidam te dit « Bonjour Monsieur » ?

  5. Trés beau reportage, les temples sont superbes. Et à  moto cela devais vraiment être le pied.

  6. Et ben… ça donne envie à  tout le monde! :mrgreen:
    Faut dire que j’ai vraiment pris mon pied en moto donc j’ai essayé de le faire ressentir dans mon récit. 😉

    Oui, oui, il me dit bien « bonjour » et c’est donc pour cela que je dis « bonjour ». 😀

  7. et dire que j’ai vendu la mienne y’a 4 ans, mes sensations moto deviennent des souvenirs grrrr ! raaah et en lisant ton post je m’imaginais à  fond les crampons là , vivement la suite ! can’t wait !

  8. en même temps j’ai jamais fait de motocross, que de la supersport piste … mais la première photo, elle donne envie grave de partir à  l’aventure à  deux roues

  9. Clair que ta supersport au Cambodge, elle doit se contenter des routes de bitume… c’est-à -dire assez peu pour le moment! :mrgreen:

    J’ai trop fait exprès de faire poser ma moto devant une porte et tout et tout pour vous faire baver! 😆

  10. Trop fort l’embouteillage de deux roues… Et j’imagine Linou dépassant d’une tête les autres, planté au milieu, avec un appareil photo…

    Quelle différence avec le Vietnam… Sur les photos, ça se ressent. Mais alors les temples maintenant une belle claque.. tous ces détails difficiles à voir sur la photo mais tu sens que cela l’enrichit.. Et on ne sait plus où regarder tellement y a de beautés à déceler dans ces pierres sculptées….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.