Journal – Jour 3 – Paris

<< Journée précédente

Sol de la Galerie Vivienne
Y a pas! Le décalage horaire, ça tue! A l’heure parisienne, quand on se couche, c’est l’heure à laquelle on se lève au Japon… Pas évident de s’adapter de suite… il faut quelques nuits…

Le croissant frais du matin!La journée commence avec des croissants et de la baguette fraîche. Merde, je suis à Paris quand même! Obligé, je veux manger mes croissants achetés le matin même. Plaisirs.
J’ai encore un peu de temps pour moi, avant mes moments « famille » et « démarches administratives » du reste de la semaine. C’est d’ailleurs pour cela que je suis venu dans la capitale. Pour voir mes grands-mères dont la santé commence à m’inquiéter sérieusement et des trucs chiants genre la banque, des cartons qui traînent depuis trop longtemps…
Objectif promenade du deuxième jour donc: le deuxième arrondissement. En effet, j’ai grandement envie de revoir la magnifique Galerie Vivienne ou la Place des petits pères ou encore le Passage du Grand-Cerf…
Le bus à  Paris, ligne 22 Assez peu motivé pour prendre le métro, je grimpe sur la ligne 22 du bus, jusqu’à Opéra. Le métro que j’ai cependant pris la veille et en y entrant, je fais un constat qui ne m’avait jamais frappé auparavant: les rames sont très étroites. C’est surtout vrai pour celles de la ligne 9 mais aussi 2, 4… pas la ligne 1, j’en conviens. On parle toujours de la saleté du réseau métropolitain – et je trouve que ce n’est finalement pas si sale – mais peu de la largeur des rames. Pénétrer un wagon est un numéro de cirque digne des grands contorsionnistes. On pose le premier pas que déjà il faut se tordre, se faufiler pour éviter les genoux des personnes assises à côté des portes et tout de suite, il faut épouser les barres chromées posées en plein milieu. Je ne tiens pas compte des bipèdes dispersés et accrochés deci-delà , confinés dans une promiscuité indésirable en raison de l’étroitesse. Pas évident tous les jours le métiers de passagers des transports en commun…

La place de l'Opéra à  ParisLe bus m’emmène tranquillement en passant par le Trocadéro, l’avenue Kléber, l’Etoile, l’avenue de Friedland… je suis un touriste à Paris! la station Opéra est fermée pour rénovation… ça doit être bien compliqué à gérer ça… cette station étant tout de même une plaque tournante… le parvis de Garnier est aussi en rénovation… bon… Je passe rapidement devant le Palais Brongniart et la Bibliothèque national Richelieu. Y a pas, les rues de Paris sont magnifiques! Je commence alors à me frayer un chemin dans les passages et petites rues. Je pénètre religieusement dans la Galerie Vivienne du côté de la rue Vivienne.

La Galerie Vivienne à  Paris

Pour la je-ne-sais-combientième-fois, je suis saisi par le sol en mosaïque de l’endroit. Non seulement, on a l’impression de changer de dimension lorsqu’on entre: la verrière, les vitrines boisées mais en plus, ce sol magnifique foulé depuis des générations appuie ce sentiment d’être dans un endroit à part, différent. Flâneries. Les artisans sont affairés dans leur boutique, des gens déjeunent bruyamment sur les tables installées devant les restaurants. « Bonjour Paris! »
[audio:Bonjour_Paris.mp3]
La place des Petits Pères à  Paris Je sors rue des Petits Champs, pars sur la gauche, rue des Petits Pères (tout est « petits » dans le coin 😀 ) pour me retrouver sur cette place adorée: la Place des Petits Pères. Souvenirs (vous souvenez-vous de CA?). Le bâtiment sur la gauche, derrière la mairie du deuxième arrondissement, celui du poste de police est en travaux (décidément!) et toute une partie de la place est occupée par des camions et des installations des BTP… Comme l’imposante Place des Victoires fait de l’ombre à cette petite place à laquelle je suis attachée, elle est très peu connue et peu visitée.

La sacristie de Notre-Dame des Victoires à  Paris

J’entre dans Notre-Dame des Victoires, puis passe devant la vitrine de la kitschissime boutique Au coeur immaculé de Marie où je pourrais m’acheter une vierge phosphorescente pour mes toilettes, des livres aussi… Je résiste à l’envie! :mrgreen:
La place des Victoires à  Paris Je passe tout de même Place des Victoires à l’architecture arrondie particulière des immeubles. Je me dis d’ailleurs que je n’ai jamais vu de près l’effigie équestre de Louis XIV car il n’y a aucun moyen (réglementé) pour s’en approcher. Je préfère la boutique Kenzo ou Esprit… 😉 Je remonte vers le boulevard Montmartre pour un autre passage couvert bien connu et délicieux: la passage des Panoramas. Ce pâté de maison est d’ailleurs composé de galeries et passages interconnectés: celui des Panoramas, de Montmartre, de Feydeau, des Variétés…

Le passage des Panoramas à  Paris

Là encore, il y a plein de restaurants/cafés en terrasses comme l’arbre à Cannelle où je suis venu plus d’une fois et où il fait bon se poser.

La tour Eiffel en Lego! Pendant le petit déjeuner, en fouillant mon plan de Paris, je remarque un passage que je ne connais pas: le passage des Princes, juste à côté des Panoramas. Je décide de m’y rendre. Je découvre à l’entrée un magasin Lego présentant une tour Eiffel! « La tour Eiffel en Lego! Trop fort! 😀  » Malheureusement immense (échelle 1:300 ce qui fait quand même 1,08m et une boîte énorme pour la bête) impossible à mettre dans une valise. Le Passage des princes est en fait uniquement constitué des magasins de jouets tenus par Joué Club. Un vrai village! En dehors de ses magasins, l’endroit est somptueux et n’a rien à envier à la Galerie Vivienne. Les devantures, le sol carrelé (ça me rappelle une vieille pub ça… :mrgreen: ), le verrière, le dôme… je suis ravi de le découvrir. Il y a aussi une cour intérieure, avec un petit plan d’eau, très agréable même si l’ensemble est un peu trop propre…

Le Passage des Princes à  Paris

Je continue vers l’est, vers Etienne Marcel, pour me rendre au Passage du Grand Cerf, autre endroit plein de charmes. L’ambiance est assez proche de celle de la Galerie Vivienne mais ici, il n’y a pas de restaurant ou de café. Seulement des boutiques qui proposent des choses assez belles dont un magasin d’intérieur très intéressant.

le Passage du Grand Cerf à  Paris

La boutique Kawaiko, rue Saint Denis à  ParisJe débouche sur la rue Saint-Denis. Wow, ça faisait longtemps! :mrgreen: En face de moi, un magasin insolite Kawaïko sur la mode et les accessoires japonais. Un choc! Je remonte légèrement la rue pour visiter le dernier passage du jour: le Passage de la Trinité. Il a la largeur des petites rues de Venise. Il n’y a que des habitations et l’endroit est très calme. On en distingue à peine l’entrée de la rue. Encore un lieu que je ne connaissais pas et que je suis ravi de découvrir.

Le Passage de la Trinité à  Paris

La Bred, 33 rue de Rivoli à  ParisEn revenant vers la rue de Rivoli, je passe par des cafés et restaurants que je fréquentais souvent. Cela me fait plaisir de retomber sur ces endroits presque au hasard de mes pas. J’ai encore quelques achats à faire pendant cette dernière journée libre puis je décide de passer à ma banque, un peu après, guidé par une intuition. Ma carte bancaire arrivant à expiration pendant mon passage à Paris, j’ai contacté plusieurs fois ma banque du Japon (qui n’a strictement rien d’international avec un numéro à la 0800 – cà d le plus cher…) pour demander à ce que ma carte soit envoyée à mon agence et non à mon domicile. Même si j’ai prévu ma journée démarche administrative pour jeudi (le 27 septembre), mon instinct donc me pousse à vérifier que le procédé requis suit son cours. Je découvre que rien n’a été fait. J’ai téléphoné 5 ou 6 fois pour un coût par minute bien trop élevé et le tout pour rien. Rien du tout! La carte est partie chez moi! Je suis furieux. La personne de mon agence me propose une solution: annuler la carte envoyée et en commander une nouvelle en urgence, pour samedi… sachant que samedi, je suis très occupé et que l’agence ferme à 13h, même si cela est risqué, je tente le coup… Ma carte bancaire opposée!L’agent passe des coups de fil, tapote sur son ordinateur, la queue derrière moi enfle… et une fois terminé, il m’annonce tout guilleret que je ne peux plus utiliser ma carte actuelle – dont la vie se termine dimanche – car elle détient le même numéro que la carte opposée! Je suis vert! Je décide aussitôt de changer de banque. Feu la Bred, vive la Société générale. Sera-t-elle à la hauteur? On verra. Je sors de l’agence énervé! non seulement j’ai perdu 45 minutes mais en plus, je n’ai plus de carte bancaire: je ne peux plus payer avec, je ne peux plus retirer d’argent… 👿 J’ai cependant eu le nez fin à vérifier l’arrivée de ma carte sinon, j’aurais été bien embêté pour la suite de mon voyage. L’heure tourne et comme j’ai oublié mon cadeau pour maman chez papa, je dois repasser chez ce dernier pour aller dîner chez elle avec les deux frères.

Maman travaillant tard, elle a préparé un repas tout simple néanmoins excellent la veille, pour qu’on puisse commencer au moment où j’arrive, vers 20h. La soirée est sympa mais je suis assez fatigué du décalage.

Le repas de maman!

Journée suivante >>

Newsletter:

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

11 comments

  1. Wouah sympa cette promenade, je t’engage comme guide pour la prochaine fois, ca me plairait de découvrir Paris comme cela, c’est vrai que c’est une ville fantastique. Merci pour le partage .

  2. Encore un tour dans les souvenirs. Superbe présentation et la thématique « passage » est pour le moins intéressante.
    (mode chieur: y’a pas moyen que les pitites photos soient clickables ?)
    Les banques françaises… Au moins une chose qui fonctionne mieux en amérique du nord qu’en France! J’ai aussi fermé mon compte à  mon dernier passage.

    Très bonne visite encore, merci !!!

  3. Pas de problème Mo²! 😉 Avec plaisir. J’aime bien faire visiter!

    Tu connais ce film Regi?

    Merci Gil.
    Mode je réponds: les petites photos ne sont pas intéressantes… elles ne sont donc pas cliquables… :p

  4. Hé hé! 😉

    Il s’agit d’une comédie muscicale ultra kitsch que j’adore avec Audrey Hepburn. Aaaahhh Audrey… l’éternelle Audrey… la plus belle femme de tous les temps!
    En anglais, le film s’appelle Funny Face et en français: Drôle de frimousse. C’est avec Fred Astaire (Aaaah Fred…) C’est lui qu’on entend chanter au début du morceau.
    Un lien: http://en.wikipedia.org/wiki/Funny_Face

  5. Héhé, comme tu m’avais dit que tu étais fan absolu des comédies musicales et vu l’ambiance du parcours, j’étais persuadé d’entendre ce genre de piste en cliquant ! J’aime bien cette petite chanson, elle me fait penser que j’aurais parfois aimé vivre à  cette époque pour assister à  ces comédies joyeuses.

    Je retrouve dans ton récit beaucoup d’endroits que nous avons visité à  notre arrivée à  Paris avec Christel ! Notamment « les passages », que nous avons découvert complètement par hasard lors d’une promenade sous le soleil ! Thx pour la balade, ça donne envie d’y retourner équipé du 400D ! 😀

  6. On attend tes photos avec impatience alors James! 😉
    Aaaah les 60’s… j’adooooore cette période: la mode, le design, les couleurs… je suis complètement fan! 😀

    De rien Réginald!

  7. tiens, vous ici à  Paris? ;op
    Je suis juste de retour de vacances en Belgique.
    Contactes moi si tu as le temps.

    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.