Portraits d’Okinawa

Je suis parti découvrir la dernière région du Japon qui figurait dans ma liste « à visiter ». Si je ne peux prétendre connaître toutes les 47 préfectures, je peux au moins dire que j’ai visité les neuf régions. Se retrouver en maillot de bain sur des plages de sable fin fin mars a quelque chose d’irrévérencieux quand on y est pas habitués… mais on s’y habitue très vite !

En attendant d’autres photographies (un jour…), voici une série de portraits de gens croisés sur l’île principale, l’île de Zamami, d’Ishigaki et d’Iriomote.

Cedric Riveau
Le fameux marché couvert de Naha m’a beaucoup inspiré même s’il est très touristique. L’activité et les gueules y sont fascinantes.
Il y eut aussi le vendeur du magasin de vêtements Aloha shop Paikaji à Naha. Même après une longue discussion et un achat, il n’a pas réussi à se détendre face à mon objectif mais il était adorable.
Parmi les rencontres marquantes, il y a eu Mako avec son bandeau sur la tête dans le restaurant Ryuji. Très expressive, elle m’a fasciné. Très expressive, elle raconte sa vie sans même que vous posiez des questions : atteinte d’un cancer, divorcée d’un étasunien, devenue lesbienne…
Il y eut Shino et Chris dans mon restaurant favori de Naha : Urizun. À l’angle du comptoir où je me trouvais, j’ai aimé leur couple, leur style et leur décontraction. Je les ai interpelés quand il payait la note et Chris me regardait avec de grands yeux… il ne parle pas japonais et Shiho a commencé à traduire… j’ai tout de suite passé à l’anglais car Chris est britannique. Nous nous sommes très bien entendus et avons discuté pendant plusieurs minutes alors que je n’avais toujours pas mangé.
Il y eut aussi tout le personnel de Nagadoya qui est sorti des cuisines – ainsi que le patron – pour poser. Je n’en revenais pas. Moi qui pensais prendre une ou deux serveuses avec un cuisinier, l’un d’eux est allé chercher tout le monde. Il faut dire qu’il n’y avait plus personne dans le restaurant et qu’il était bien tard pour cet endroit retiré de l’île Yagaji au niveau de l’île principale.
Sur l’île de Zamami, il y eut aussi cette petite mamie assise sur sa chaise roulante qui s’étonnait qu’elle puisse communiquer avec moi alors que je suis étranger. Je l’ai même filmée.


Le cliché le plus posé fut réalisé avec la famille Mizuno. Yasuyo et ses deux filles passaient leur brevet de plongée à Ishigaki. Si nous n’avons pas plongé ensemble, nous étions sur le même bateau et à la fin de la journée, avant de nous quitter, je leur ai demandé de s’aligner car leur ressemblance m’avait intriguée toute la journée. J’aurais eu besoin de beaucoup plus de temps pour faire un portrait qui me satisfasse mais plusieurs personnes m’attendaient…

Galerie
Un diaporama est en cours. Les fichiers peuvent mettre du temps à s’afficher. Soyez patient. Si vous cliquez sur une photographie, vous passerez à la suivante sinon, c’est automatique. Photographies prises avec le Sony RX100IV et l’iPhone 6.

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

6 comments

  1. Votre voyage, il y a toujours beaucoup de rencontres charmants 😉
    Je ne sais pas pourquoi, mais je ne peux pas regarder la Galerie…
    Il y a quelque problème?

  2. je suis désolée, maintenant ça marche…!
    Tout le monde a l’air charmant!

  3. Bouffée de bonheur comme toujours en regardant tes photos.. Le jeune gars qui donne à manger au poisson me fait un peu peur, pas le jeune homme.. Le poisson !
    Merci encore pour tes photos, ta carte postale.. Tu as du passer du bon temps veinard 🙂

  4. Pourquoi partout dans le monde, les « gens des champs » ne ressemblent pas aux « gens des villes »?

  5. Classe comme toujours.

    Mention spéciale pour les types juste avant la famille Mizuno ET la famille Mizuno (tu l’as vignettée celle-là non?)

  6. Pingback: Souvenirs d'Okinawa | Color Lounge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *