à la sauvette !

Quand j’ai commencé à m’intéresser à la photographie, je suis bien évidemment tombé sur le travail de Robert Cartier-Bresson, et j’ai eu un coup de foudre pour ses clichés pris au hasard dans les rues de New York. J’ai tout de suite aimé ses images de gens saisis ainsi, très naturels, sans se douter que le photographe passait à côté d’eux en déclenchant son obturateur, la caméra sur le torse, saisissant au hasard ce qui se passait devant lui.

Il en a fait à plusieurs endroit, saisissant non seulement des gens, mais aussi ce qui se trouvait autour lui, comme un monde que l’on construit au hasard de ce que l’on voit. Je me suis rapidement entraîné à saisir à la sauvette autour du Louvre, dans Paris à l’été 1996 pour continuer à Madrid, à Tokyo (et au Japon) , à Cuba, et bien évidemment à New York où j’ai réalisé un rêve.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *