Sélection de juillet 2016

Même ici, on trouve des gens et des endroits pour célébrer le 14 juillet.
Il y a bien sûr la cérémonie officielle à l’ambassade, dans le magnifique jardin de la villa, très courue, blindée de monde et qui se déroule le 14 juillet quoiqu’il arrive et il y a la fête de l’Institut – aussi appelée la fête de Paris – et qui se déroule le samedi après-midi le plus proche du 14, en présence de l’ambassadeur et du consul et de champagne gratuit pour tout le monde ! Je souhaitais justement avoir cette photographie avec tout le monde qui tend son verre pour un kanpai collectif. Je me suis placé entre le consul et l’ambassadeur dont on voit les verres sur cette scène devant la foule. Bonne ambiance !

Bon, avec le nuage tout seul dans le ciel, je vois comme un lapin ou un animal un peu étrange avec, la tête en haut, une oreille, un œil, le corps et deux pattes… mais peut-être suis-je tout seul à le voir…

La super star dans le métro prise à la volée me fascinait avec son amour des accessoires… l’étui de son iPhone, sa G-shock bling-bling, son sac avec l’emoticon et la chaîne, son collier, ses boucles d’oreille… too much!

Le jardin de Ueno est connu pour son immense étang de lotus… et à la fin juillet, c’était déjà très beau !

Nouvelle expérience avec un dîner sur un yakatabune, les bateaux (traditionnels) qui parcourent la rivière Sumida du nord au sud jusqu’à la baie de Tokyo, un peu après le Rainbow bridge, devant Odaiba. J’ai déjà fait beaucoup de photographies de la baie mais depuis Tokyo, depuis le pont ou depuis Odaiba. C’était la première fois que j’en faisais depuis un des bateaux et j’étais ravi. Le dîner était correct et l’ambiance extra, surtout pour l’anniversaire de Benoît qui était aussi ravi.

Sinon, dans le parc de Toyama, j’ai laissé mon iPhone au soleil sans m’en apercevoir et me suis brûlé en le prenant ! Il avait cramé et l’écran était sans appel (ha ha !) Inutilisable pendant une vingtaine de minutes, j’ai tout de même réussi à faire une saisie d’écran !

Julia Margaret Cameron
Pour les expositions, il y a celle de Julia Margaret Cameron considérée comme la première femme portraitiste avec des clichés très intrigants et captivants. L’influence des préraphaélites est évidente et la couleur et la texture des tirages de l’époque caractéristiques. Une exposition où je n’attendais rien de particulier et pour laquelle j’ai été happé ! Excellent donc (au Mitsubishi Ichigokan jusqu’au 19 septembre)
Il y a aussi celle du musée Mori à Roppongi hills : The universe and art qui montre beaucoup (trop ?) de choses de mandala du 14e siècle au dernières nouveautés artistiques/technologiques en passant par une maquette de la NASA ou le Sexy robot que j’ai adoré avec son look rétro-futuriste. Même le collectif TeamLab que je vénère (et dont j’ai déjà parlé) était présent mais pour une installation que j’avais déjà vue : Crows are chased and the chasing crows are destined to be chased as well, Division in Perspective – Light in dark. Je vous mets la vidéo que j’ai pu faire de l’installation (120Mo en 720p) puis la vidéo officielle du groupe si vous aimez la musique.


La vidéo officielle sur le site de Youtube
The universe and art jusqu’au 9 janvier 2017

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

One comment

  1. Les lotus…. Ici, en France on voit des nénuphars. Ce sont deux fleurs et deux mots ravissants. J’adore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.