Un an après – 11 mars 2012

Pif paf ! Ça fait un an.
J’avais dit que je ferais quelque chose pour les gens du Tohoku, je n’ai rien fait. J’avais dit que je ferais du bénévolat pour aller aider les gens sur place, je ne l’ai pas fait. Piteux, je voulais tout de même commémorer à ma modeste façon cette date anniversaire et me rendre au grand rassemblement au parc Hibiya en plein Tokyo.
Il s’y est déroulé deux choses : un rassemblement organisé par Peace on Earth avec des tentes et des stands ainsi qu’avec des artistes et des personnalités qui était venus faire un discours ou une performance.
Pas très loin, les gens se regroupaient pour la très grande manifestation antinucléaire qui commençait à 15h.

Je suis d’abord passé au sitting devant les ministères qui se trouve là depuis des mois et des mois pour faire de nouvelles rencontres et voir des gens que j’avais déjà vus pour mon projet portrait du jour. Je suis ensuite allé au parc pour continuer mes portraits et voir les installations.
Je suis arrivé en même temps que les hordes de flics qui allaient encadrer la manifestation mais qui sont restés autour du parc. À l’intérieur, on ne les voyait pas ou en tout cas, on ne voyait pas d’uniforme. L’ambiance autour du rassemblement de la manifestation était excellente. Lorsque je suis arrivé, il n’y avait pas beaucoup de monde et les organisateurs ou les groupes programmés se préparaient. Très rapidement, en l’espace de 45 minutes, le nombre de personnes a été multiplié et il devenait très difficile de se déplacer ou au moment du départ, impossible de bouger.

Du côté des tentes de Peace on Earth, j’avais l’impression de me retrouver à un marché car on trouvait sous les tentes des associations ou magasins qui vendaient leur truc. Ambiance baba cool à fond et stands de bouffe. J’ai moyennement aimé et trouvé cela inapproprié par rapport à l’événement. Il y avait de véritables organisations connues qui récoltaient des fonds. Cela était un très bonne chose. Mais les autres qui vendaient des pierres, des tee-shirts, des bougies ou que-sais-je-encore n’avaient rien à y faire à mon goût.
Je tenais pourtant à être au niveau de la scène de concerts en plein air pour la minute de silence à 14h46 exactement. Voir la vidéo plus bas. J’ai été très ému durant cette courte minute car il s’en est dégagé un profond respect vis-à-vis de la catastrophe et des victimes. J’avais les larmes aux yeux, comme beaucoup, devant cette immense foule de plusieurs milliers de personnes qui se taisaient.

Par la suite, j’ai pris part à la manifestation et nous avons fait un grand tour en passant par Ginza. Si l’ambiance et le nombre de personnes m’ont rappelé des souvenirs de manifestations en France, le fait que la circulation ne soit pas interdite à ce moment-là, que les flics nous cantonnent dans la file de gauche tout en encadrant des bouts de cortèges a quelque chose d’aberrant. Cette ville est capable de fermer des avenues très fréquentées les dimanches durant l’année mais pas de laisser des manifestants occuper le bitume. Tout cela pour laisser la place aux voitures…

La journée s’est terminée par une chaîne humaine éclairée à la bougie tout autour de la maison du Premier ministre. Depuis la rue, il était très difficile de se rendre compte du succès de l’opération. Au moment de rédiger ces lignes, j’attends toujours une photo d’hélicoptère qui montrerait si la chaîne a fonctionné ou non comme le nombre de participants à la manifestation.

Le véritable aspect négatif de cette journée fut les nationalistes qui sont venus foutrent le bordel, il n’y a pas d’autres mots. J’ai d’abord aperçu un petit groupe de 3 ou 4 allumés qui faisaient des saluts nazis devant notre passage et gueulaient sur l’utilité du nucléaire. Quand on sait que Nakasone a tout fait dans ce domaine, on comprend qu’ils soient là… À la fin de la manifestation et au début de la chaîne humaine, ils sont venus avec leurs fameux véhicules noirs peinturés du nom de leur groupe et équipés de haut-parleurs puissants dans lesquels ils nous insultaient en nous traitant de connards ou d’abrutis. À l’abri de leur véhicule, équipés de manière disproportionnée puisqu’ils sont soutenus par des fonds importants, ils venaient nous insulter. J’ai découvert un degré de lâcheté que je ne soupçonnais pas et une présence parfaitement déplacée qui donnait la nausée.

Voici une vidéo de la minute de silence au milieu du parc. Vous m’excuserez mais je portais mon appareil photo à bout de bras et j’étais très ému. Ça tremble et le soleil était pile poil dans le champ…

La minute de silence officielle avec l’Empereur et le Premier ministre :

La minute de silence à Shibuya par Benoa :

La minute de silence à Osaka par Horizon du Japon :

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

9 comments

  1. Très beau reportage, on découvre tous les jours de nouvelles facettes de cet vie que tu mènes là bas!
    Petite question, j’aimerais un peu connaître le pourquoi de ces masques que l’on porte en milieu hospitalier? En pleine ville ok je peux comprendre mais ici?
    Bonne journée

  2. J’ai tout lu et tout vu, c’est de l’actualité brûlante et c’est bien!
    Espérons que ces manifestations feront leur chemin.

    Les fous aux voitures noires et aux haut-parleurs m’avaient beaucoup impressionnée lors de mon premier séjour à Tokyo.
    Ils sont quand même cautionnés et c’est ce qui est le plus choquant!

  3. J’ai eu bcp d’émotions à lire et à voir tes photos et minutes de silence. Poignant même à distance. Je conçois ton désir d’avoir eu envie de faire qq chose et puis le temps passe et voilà… Il n’empêche que chaque pensée et réflexion est nécessaire afin de ne pas oublier…

  4. Merci Momo.
    Ici, on porte un masque pour se protéger et protéger les autres. Si tu as un gros rhume ou la grippe, le médecin te demandera de porter un masque pour protéger les autres. Quand tu te retrouves dans une foule importante ou dans le métro, pour éviter d’attraper tout ce qui vole, tu mets un masque.
    Bref, deux gestes qui me paraissent intelligent et effectivement impensable en Europe. 😉

  5. Ils étaient beaucoup plus impressionnants hier avec la violence de leurs propos, de leur haine dégoulinante des haut-parleurs.
    Personnellement, c’est la première fois que je vois autant de monde réuni donc on a bon espoir.

  6. Bravo Cédric ! j’ai vu aussi dans diverses manifs à Tokyo les cons fachos faire le salut nazi et nous insulter (quand je dis « nous », je veux dire les manifestants, pas spécialement nous les Français ou les étrangers du cortège), en particulier à Shibuya ou devant le siège de TEPCO. D’après ce que je sais, il y a plusieurs explications :
    1° la pègre est très liée aux industries au Japon, et en particulier au nucléaire. Ils sont chargés d’intimider (intimider des syndicalistes par ex. ou des gens qui refusent de vendre leurs terres ou leur maison à une entreprise qui veut s’agrandir ou à des agents immobiliers trop gourmands) mais aussi de trouver de la main d’oeuvre pour les sales besognes comme le travail à mains nues dans les centrales (il y a de magnifiques reportages sur YOUTUBE à propos de ces « déclassés » chargés de nettoyer les réacteurs et les fuites d’eau radioactive et autres produits à l’intérieur des centrales sans aucune protection – pas même des gants, d’où l’expression « à mains nues ») : les pressions sont terribles et il y a eu des cas où de pauvres bougres qui avaient contracté des dettes auprès des yakuzas (pègre) se sont retrouvés obligés de travailler dans les centrales à titre de remboursement (la pègre gardant le salaire).
    2° les fachos rêvent d’un Japon qui disposerait de l’arme nucléaire pour « casser du Chinois et du Coréen » (et du Russe si c’est possible), rêvent d’un Japon réarmé qui dominerait l’Asie …et plus si possibilités !
    3° la pègre collabore avec le gouvernement, le lobby nucléaire, la police, enfin, tous ceux qui paient et qui ne sont pas de gauche, pour faire ce qu’ils savent le mieux : foutre la pagaille et faire peur.
    Cela dit, notre solidarité avec les Japonais en colère est fondamentale et indispensable. On ne peut que continuer.がんばりましょう!

  7. Bonjour Janick et merci à vous pour toutes ces précisions. Hélas, vos informations ne me surprennent guère… On se croisera peut-être à la prochaine manifestation.

  8. Pingback: Deux an après – 11 mars 2013 | Color Lounge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.