K – 2bis

[Histoire(s) – suite de K – 2]

Je devins un opéra fabuleux: je vis que tous les êtres ont une fatalité de bonheur.
Arthur Rimbaud – Une saison en enfer

La complète du Bretagne à  Tokyo

– Bonjour m’sieur! Vous allez bien?

Toujours souriant ce serveur. Un canadien… dans une crêperie bretonne… à Tokyo… On ne s’étonne plus de rien ici.
Le restaurant était plein. Heureusement que j’avais réservé la veille suite à notre discussion. Même à 21h, je ne pensais pas qu’il y aurait eu encore autant de monde.

– Les crêpes d’ici n’ont rien à envier à certaines crêperies en France. Il faudrait aller en Bretagne… et encore! Tu bois de l’alcool?
A nouveau ce hochement de tête dont je ne pourrai me lasser. Ce « Hmm! » que je crois distinguer, sa tête qui part en avant rapidement d’un coup, les cheveux suivant le mouvement le long de ses joues, recommence s’il te plaît!
– Super! Car le complément essentiel indispensable des crêpes, c’est le cidre. Le breuvage gazeux que je peux boire avec une tétine. Bon y a aussi le champagne mais avec les crêpes, ça le fait moins.
– Je n’en ai jamais bu.
– C’est de l’alcool de pomme. C’est délicieux. Tu veux essayer?

Notre hôte à l’accent exotique servait dans des bolées qui semblaient être des tasses pour Kei
– Euh… c’est le verre normal? On sert le cidre dans… ça?
Sa naïveté m’enivrait plus que la boisson elle-même.

– Alors pour les galettes, il y a beaucoup de choix. Il y a les compositions basiques – que j’aurais tendance à recommander pour une première fois – et il y a les autres, plus élaborées et parfois trop. La complète me semble un bon début. Comment est le cidre?

J’enchaînais les sujets et les remarques comme craignant les silences, le vide, l’angoisse de voir Kei s’ennuyer. Je parlais trop. J’étais aussi tout simplement (sic) moi-même: chaque réaction je guettais ; chaque sourire je cherchais ; chaque rire je provoquais. J’avais besoin de savoir si le courant passait, s’il pouvait passer ensuite… après… plus tard.

– Qui est Kei?
Je me suis entendu la poser. En français en plus! La vache! Serais-je capable d’y répondre? Qui suis-je? Blanc. Le soupçon de provocation contenue dans cette question qui testait ma partenaire faisait écho.

– Je ne sais pas m’expliquer.
Cette fois-là , c’est moi qui ai hoché la tête, attendant impatiemment la suite.
Silence. Respecter le temps de réflexion – d’ordinaire nécessaire au Japon mais encore plus nécessaire ici dans le cadre d’une conversation, de confessions – était primordial. Savoir écouter. J’étais pendu à ses lèvres.
– J’ai fait beaucoup de natation.
– Ah?!
– Oui beaucoup. Je ne suis pas douée mais je ne peux pas perdre.

La remarque m’a amusé et m’a épaté. Je me ramollissais encore un peu plus sous le charme. Tout en souriant et en plaisantant, la phrase fut dite et me fit réfléchir. « Est-ce à l’image de sa vie? »
– Mais si tu ne sais pas t’expliquer, je pense que c’est parce que tu n’as jamais eu personne pour véritablement écouter.
– C’est fort possible.

Et un point! Un!

Les crêpes sont arrivées. Comme j’avais pris une complète avec des oignons confits au cidre, j’avais négocié moitié-moitié afin de lui faire goûter cette crêpe un peu plus élaborée et, ma foi, délicieuse pour l’avoir déjà testée.

[à suivre]

Newsletter:

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

6 comments

  1. Une saison en enfer:tu l’as regardé au franco-japonais?
    Parce que j’ai aussi regardé le spectacle français il y a 3ans. Mais c’était pas l’opera. C’était le spectacle silence,poétique.
    La galette…(^~^)

  2. Ahaa!!!
    Entendu(^∀^;)
    C’est la citation de Rimbaud,n’est-ce pas??
    Pour moi, il faut beaucoup de temps de comprendre tes articles…
    Désolée.(*^^*)

  3. Bon tu vas me faire aller à  Québec pour me faire servir une crèpe bretonne par un serveur… Japonais ?

    La compagne est aussi délicieuse que la crèpe en tous les cas ! 😉

    Gil

  4. Bonjour Aya. Merci pour tes commentaires. Oui, j’imagine que c’est difficile… désolé… 😉
    C’est bien une citation de Rimbaud. Je la trouve absolument magnifique!

    Merci Gil, marrant hein? Il est vraiment adorable ce serveur en plus. Il doit bien avoir la 50aine tapée. Je l’aime beaucoup.

    😉

  5. Ah Le Bretagne, ma deuxième maison!
    Ah Robert, mon serveur à  l’accent si chantant… que je n’ai pas vu depuis des lustres. Trop longtemps. Va falloir y aller un soir.

  6. Rimbaud, magnifique.
    Mais il y auusi « Ayant poussé la porte étroite qui chancelle, je me suis promené dans le petit jardin, qu’éclairait doucement le soleil du matin, pailletant chaque fleur d’une humide étincelle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.