Sélection de juillet 2017

En avant pour la sélection de juillet !

On commence avec un clin d’œil à une grande dame : Simone Veil décédée le 30 juin. Beaucoup de médias se sont trompés en écrivant la fameuse scène où elle apostrophe les militants d’extrême droite – dont le gros blond borgne – en disant qu’elle a vécu à bien pire qu’eux et qu’ils ne sont que « des SS au petit pied ». Le Monde a corrigé par un tweet en expliquant qu’il s’agit de la mesure et non de la taille des membres de ces fumeux personnages !

Enrico Isamu Oyama que j’ai rencontré à New York (voir les portraits) exposait une série de grandes œuvres à NeWoman à Shinjuku. Belle installation assez sombre, parfaite pour son travail. Il était d’ailleurs présent pour une conférence courant juillet et je suis allé le saluer. Ce jour-là, en attendant le début de sa présentation, je suis monté au 7e étage du bâtiment, intrigué par la mention « Garden » sur le plan des étages. J’ai découvert, en plein Shinjuku, au milieu des immeubles un potager partagé par des habitants du quartier. Incroyable ! Déjà, à ce moment-là grossissaient de magnifiques tomates. J’ai même discuté avec une femme (à droite sur la photo) qui m’expliquait qu’elle venait le plus souvent possible et qu’elle s’amusait beaucoup à faire ça.

Pour le vernissage de l’exposition Araki, je me suis surtout éclaté à photographier les invités devant les clichés plutôt que de regarder ces derniers car vraiment, j’ai beaucoup de mal avec son travail, avec le personnage et je trouve cela très (très !) répétitif.
J’ai surtout découvert le travail ultra kitsch de Hiroshi Mori qui m’a beaucoup amusé. L’homme, assez timide, était plutôt content que je lui dise que son travail se vendrait très bien en Occident.

Après les panoramas de nuit, j’ai eu l’idée de coller en miroir la photographie de cet escalier de Tokyu Plaza à Ginza. Plutôt content du résultat même s’il faudrait travailler encore la symétrie pour que chaque ligne soit parfaitement équilibrée. Il y a un côté décor de cabaret qui me plaît bien.

L’installation de Keiichi Tahara avec ses blocs de verre tournant traversés par un laser m’a fasciné ! J’aurais aimé rester plus longtemps, à un moment où il n’y avait personne car, le faisceau de lumière installé au niveau du sol était coupé régulièrement par les gens présents. La petit vidéo que j’ai faite est montée en raison de ces coupures alors qu’elle devrait être d’un seul morceau…

Pour le 14 juillet à l’Institut français de Tokyo, je suis monté sur le toit de la Brasserie pour prendre une partie de la foule à qui je demandais de trinquer vers moi pour l’immortaliser. Pas évident de se faire entendre dans le bruit ambiant.

L’installation de Naked pour Gallery Aamo à Tokyo Dome était intéressante même si elle manquait de poésie. On sent la tendance de jouer avec la projection vidéo et l’interactivité de plus en plus présente et forcément quand on est habitué à des collectifs plus doués et plus esthétiques comme TeamLab ou Rhizomatiks, il manque comme quelque chose. Reste que c’était chouette à visiter pour s’amuser avec les reconstitutions des quartiers emblématiques de Tokyo ou avec la chorégraphie des deux (faux) robots.

On termine avec l’exposition Giacometti où le Nouveau musée national avait autorisé les photographies dans une salle (les musées tokyoïtes s’y mettent mais bien trop doucement…) et j’en ai profité pour faire celles qui m’intéressaient le plus : les gens qui regardent les micro-sculptures de l’artiste. Tellement mignonnes qu’on voudrait en acheter une d’ailleurs !

Enjoy!

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *