Les misérables

Ils étaient là devant moi, devant nous, comme placés. L’impression qu’ils sortaient de l’affiche était grande puisque les personnages du spectacle étaient restitués à l’échelle 1.
J’ai bien hésité un instant… ai fait demi-tour… mon âme de photo-journaliste que je ne suis jamais devenu reprenant le dessus… puis j’ai sorti mon petit appareil… les fesses posées sur une rambarde qui m’invitait à m’asseoir, j’ai pris deux clichés.
C’était le milieu de l’après-midi du 13 octobre 2009.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.
Les Miserables - Tokyo

Inscription au blog Color Lounge par email

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

6 comments

  1. Toujours là ou il faut quand il faut, joli coup d’oeil, nous montrant que même là bas tout n’est pas rose!

  2. Pris sur le vif, très intéressant!
    Ce n’est pas sans rappeler le travail de Thomas Struth des années 1995 : prises de vue dans des salles de musée par exemple, où les attitudes, les couleurs des spectateurs photographiés rappellent celles des sujets peints ou sculptés dans les oeuvres devant lesquelles ils stationnent.
    Sauf que là, c’est moins reluisant. Il y aurait de quoi faire sur le sujet en France, dans les quartiers nord de Paris en particulier, où les mendiants peuplent les rues, nuit et jour, chaque jour de plus en plus nombreux.

  3. Moi je me souviens de clochards en costards – serviettes cuir, dormant aux pieds de la gare de shinjuku en septembre…le choc!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.