A la pointe du doigt !

Monroe machines

Je ne pensais pas que j’aurais eu à faire cela un jour. À cause de quoi ? Du Japon ? De la législation parait-il… le code du travail. Ooooh… y a un code du travail au Japon ? Le pays où on est censé bosser 40 heures légales par semaine mais où on voit des salarymen bosser sept jours sur sept ? Ah mais oui c’est vrai, ce n’est qu’une durée souhaitée (sic) dans la révision (re-sic) du code du travail…
Bref, ça nous a été présenté ainsi :
– Maintenant les gars, faut qu’on soit au diapason de la législation japonaise, du code du travail, faut pointer !
– ???

On a l’impression qu’ils se sont réveillés d’un coup. Ca leur a pris comme ça un matin à la direction. Faut qu’on soit dans le moule ! Euh mais pourquoi maintenant ? Et pourquoi ça n’a jamais été mis en place avant alors ? Et qui c’est qui est allé foutre son nez, cafter ou que-sais-je pour montrer que le petit paradis de l’institut franco-japonais de Tokyo devait se mettre dans les rails du droit chemin de la voie ?… sinon ?
Sinon quoi ?! Qui c’est d’abord ?
– Faut pointer !
– Ah ouais d’accord… et pourquoi ?
– C’est la loi !
– Elle a bon dos la loi ! Et on fait quoi alors maintenant ?
– Vous enregistrez vos empreintes digitales dans ce lecteur optique après avoir saisi votre numéro.
– Putain, y a 40 ans, il y avait une série qui s’appelait
Le prisonnier… vous connaissez non ? Vous savez le « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! » 40 ans après, ça doit être ça évoluer…
– Vous pointez dans les 30 minutes avant de commencer à travailler. Vous dépointez pendant les pauses de plus de 10 minutes. Vous repointez. Vous redépointez.
– Non mais vous êtes pas bien malade non ?
– De toute façon le système connaît votre emploi du temps donc ne seront calculées que vos heures réelles de travail.
– Vous me la refaites là, j’ai pas bien compris… Elle sert à quoi votre pointeuse ?
– À voir si vous êtes bien venu ce jour-là pour être rémunéré.
– Non mais c’est quoi ce truc complètement véreux ?! Mettez un analyseur d’urine dans les chiottes, ça fera moins chier tout le monde et on s’en rendra même pas compte. Au moins, on n’oubliera pas de pointer ! Et hypocrite pour hypocrite, autant y aller franchement!

Et c’est donc avec l’empreinte digitale. Ca s’appelle la biométrie, vous savez, l’étude quantitative (sic) des bipèdes.. Quoi ? juste un joli nom pour cacher un nouveau système de contrôle ! Trop flippant… Du coup, moi, je ne pointe pas, je doigte. Ben oui, avec un système vicié et trivial, autant l’être aussi. Doigter, du coup, c’est presque plus drôle et ça permet de ridiculiser un système qui m’effraie.
– Alors voyons, voyons… testons le système pour voir… bon, aujourd’hui, j’ai 5 heures de boulot… je vais doigter 1 heure avant et 45 minutes après pour voir… Oh hé si on peut plus s’amuser hein ?!
J’essaie donc et observe mon bilan de la journée. Combien d’heures effectuées aujourd’hui: 5:00. Pas une minute ou même une seconde de plus. Les zéros insolents s’affichent alignés les uns derrière les autres et me narguent :
– Tu n’auras pas le système mon gars, c’est lui qui t’aura !
5h00min00sec alors que j’ai doigté 1 heure avant et 45 minutes après !
– Et vous appelez ça une pointeuse ?! Euh… une doigteuse ?!!!
– C’est la loi ! L’institut doit se mettre sous la loi japonaise !
– Ah oui… je sens que je vais l’entendre à tout bout de chant celle-là… c’est LE nouveau truc pour nous faire avaler toutes les couleuvres non ?

Et moi qui suis toujours à espérer et à croire qu’avancer dans le temps signifie évoluer, s’améliorer… on en finit pas de régresser.

Signé : le numéro 0116 qui désormais essaie de ne pas oublier de doigter tous les jours et qui n’en revient toujours pas.

Publicité Reflex

Ca vous a plu ? Et bien laissez un commentaire ou inscrivez-vous au flux RSS pour être toujours au courant des nouveautés !

15 comments

  1. Oui c’est absurde et odieux mais la direction n’est pas sotte ils comprendront rapidement que le système est inefficace et coûteux, non? Un peu de patience et, en attendant, toute ma compassion!

  2. le truc, c’est que j’ai l’impression de passer à l’aéroport tous les jours avec ce « doigtage » infernal.
    (au passage des passeports :
    Moi : »j’accompagne mon mari qui est japonais… »
    Douanière : »passez du côté des passeports étrangers madame. Posez bien vos deux doigts là et regardez la caméra bien en face! »
    moi : »….! Et les menottes c’est quand ? »)

    A rendre schizophrène le plus « normal » d’entre nous.

    signé : le numéro 0078

  3. Et pendant qu’on y est, faudrait quand même leur dire
    à nos « amis » de l’immigration que les seuls terroristes à avoir jamais sévi au Japon, ils étaient japonais… Cherchez l’erreur( sic, sic et re-sic)!

    Mais bon, faire semblant d’avoir la situation bien en main en installant des machines qui servent à rien, il parait que c’est ça le progrès 😉

    Signé : le numéro 0112 (celui avec un cœur aux yeux noirs)

  4. Et les empreintes digitales, elles sont conservées où ? Avec quelle garantie de non accès par les autres ? Les données sont conservées combien de temps ? détruites après le départ ?

  5. Bien content d’avoir échappé à ÇA.

    Immonde et bien dans l’air du temps.

    Le petit plus ici, c’est quand même la fumisterie qui, comme le souligne bien Elinas, consiste à expliquer que c’est pour être respectueux des lois japonaises.
    Warf warf warf, elle est vraiment excellente celle-là!

    Vous inquiétez pas trop, d’ici peu vous aurez sûrement un collier électronique qui fera que vous n’aurez même plus à poser votre mimine. 😉

    P.S: J’aimerais quand même bien savoir qui est le Numéro 6…

  6. Oui , moi aussi l’absurde je connais… à l’Institut un chargé de cours doit prendre sa retraite à 64 ans (dixit l’administration, suivez mon regard…)

    Pourquoi? Comme au Japon disent-il… Curieux!

    -dans la fac ou j’enseigne, Waseda, c’est jusqu’à 70 ans
    -dans ma fac comme maître de conférences c’est jusqu’à 65 ans

    Alors c’est comme en France, corrige-t-il… curieux!

    -ma retraite de fonctionnaire commencera à 65 ans

    Alors le réglement intérieur… curieux!
    Gabriel Meremberger avait bien dépasser 65 ans.
    Ba après tout il suffit de s’adapter aux besoins ambiants et de garder le sourire…

    Bon courage, mon cher!
    Les machines a l’Institut se détraquent parfois quand les techniciens vont déjeuner…

  7. 10 raisons pour ne pas pointer, même avec un certain doigté

    1- Statistique: Qui peut pointer les doigts dans le nez ?

    2 -Légaliste: Ça ne compte pas les heures sup et officiellement c’est fait pour ça.

    3- Pédagogique: Ça énerve le prof avant son cours.

    4- Erotique: Trop évocateur et pas assez jouissif

    5- Sanitaire: Tous ces doigts qui passent dans le même trou peuvent se refiler des maladies graves.

    6- Sportive: N’entraîne aucun développement musculaire significatif.

    7- Pointilleuse ou pointillante: Pour remédier à ce qui précède, peut-on pointer avec les orteils ?

    8- Claustrophobe: Le tunnel accueillant le doigt professoral n’est équipé d’aucune issue de secours.

    9- Intellectuelle: Quand le doigt du prof désigne l’univers du savoir, l’Institut regarde le doigt.

    10- Raison subsidiaire ou alternative pétanqueuse: Je pointe ou je (me) tire ?

  8. Rassurez-vous cette doigteuse n’est qu’une étape, on aura peut-être droit entre temps au collier électronique auquel Eru fait allusion, mais le must en la matière, c’est la puce de fichage directement infiltrée dans notre peau… Tellement plus pratique !
    On n’aura donc plus besoin de doigter (hmmm, quel excellent terme!) ! Et nos « dirigeants » pourront savoir toutes nos allées et venues , et tous nos faits et gestes… On n’arrête pas le progrès !

  9. Ouarf ouarf! Excellent Yves! Le point 5 m’a fait hurler de rire!

    Bonnes questions Karl… on ne sait même pas. Moi, j’ai pas demandé… bêtement! On va dire que c’est protégé…

    Et moi Eru, j’aimerais bien savoir qui est le numéro 1. Le numéro 6, c’est nous tous qui doigtons! 😉

  10. L’inventeur, aux doigts de fée, de la biométrie, ne se doutait pas qu’il avait mis le doigt dans l’engrenage de la surveillance et de l’atteinte à la vie privée. Vos réactions touchent du doigt ce problème. Espérons qu’on ne dira pas de nous : « Ils n’ont même pas levé le petit doigt ! ».

  11. Bonjour,

    Etonnant et un peu compliqué ce système: nous sommes passés aussi à la pointeuse (ou plutôt à la carte à fente, mais dans ce cas là le doigté reste indispensable).

    Pointer à l’entrée, aux heures de déjeunez et à la sortie, ok, mais aux temps de pauses????

    Par ce système, cherchent-ils à supprimer les heures de pauses en mettant à tout le monde 5h00?

  12. Les moins perspicaces me reconnaîtront…

    Aiko, tu ne sais pas à quel point tu me fais plaisir avec ce lien… Je ne suis plus tout seul… 😉

    La puce électronique de fichage sous la peau pour que Big Brother connaisse en temps réel nos allées et venues, c’est déjà utilisé :
    http://infowars.com/search-result.html?cx=007184093999670235891%3Abovcf0egnlm&cof=FORID%3A9&ie=UTF-8&q=RFID+chips&sa=Search

    et une vidéo du journal de France 2
    http://911nwo.info/2008/05/02/la-carte-didentite-bionique-et-la-puce-rfid-avec-localisation-par-satellite/

    Faudra-t-il s’y résigner ?

  13. Personnellement c’est le point 10 de Yves qui se rapproche le plus de mes réactions.

    Travaillant dans une zone sécurisée je n’ai pas de problème de pointage, je dois passer ma carte sur un lecteur à chaque fois que je rentre ou sors, et doigter pour la zone la plus sécurisée.

    Ce qui m’inquiète particulièrement là-dedans est que les informatitiens ne sont pas nécessairement triés sur le volet (selon un sondage interne, 80% d’entre eux trouvent « correct » de lire des document classifiés vu qu’ils y ont accès via l’informatique) et les risque de fuite des enregistrements biométriques sont à mon avis ÉNORMES, pour l’instant on ne fait pas grand-chose avec un nom et une empreinte digitale, mais dans 3, 5 ou 10 ans qu’en sera-t-il?

    J’aime bien ta théorie des analyse d’urine, on pourrait en plus y détecter des problèmes de santé… L’entreprise pourrait ainsi… te foutre dehors avant que tu ne soit absent pour maladie.

  14. ça devient délirant, mais je comprends le point de vue entreprise, rentabilité, optimisation toussa. quand les choix sont justifiés et rationnels, pourquoi pas. ça peut aussi servir les employés dans certains cas. mais le système en place dans ton institut a pas vraiment l’air au point … tout ça pour tenter de coller à la loi, sans vraiment compter les heures ? lol

  15. Et dire que pour aller au 48ième étage je pointe encore.
    A quand la « doigteuse »? Je vous envie.
    J’en ai marre d’insérer!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.